Pourquoi rédiger un testament chez un notaire offre vraiment plus de sécurité ?

Qu’advient-il de mes biens après mon décès ? Voilà une question très souvent posée aux notaires. Afin de réduire les coûts, certains citoyens préfèrent rédiger eux-mêmes leur testament. Cette pratique est parfaitement légale, mais elle comporte des risques. Résultat : des conflits entre héritiers, des procédures longues et des testaments inapplicables. Ces risques sont réduits en optant pour un testament notarié.

Risque 1 : des discussions surgissent entre héritiers

Il arrive fréquemment que les héritiers ne soient pas d’accord avec les dispositions du testament. Lorsque vous rédigez un testament olographe et qu’il réapparaît après votre décès, vos proches pourraient mettre en doute son authenticité. Ils pourraient prétendre que vous ne l’avez pas écrit vous-même par exemple. Un risque que vous n’avez pas avec les testaments authentiques notariés.

Autre point de discussion possible : votre état d’esprit. Toute personne qui rédige un testament doit en avoir la « capacité ». Cela signifie que vous devez être en mesure de prendre vos propres décisions et exprimer votre volonté de manière indépendante. Si un héritier parvient à prouver que vous n’étiez pas sain d’esprit, les dispositions de votre testament ne seront pas appliquées. Vous ne courez pas ce risque lorsque vous rédigez un testament devant un notaire : le notaire vérifie toujours que vous êtes sain d’esprit lorsque vous rédigez votre testament et que vous n’agissez pas sous la contrainte ou la pression. Vos proches ne pourront pas facilement contester le testament une fois que vous ne serez plus parmi nous.

Risque 2 : votre testament est perdu ou détruit

Garder son testament dans un tiroir de sa maison n’est pas forcément une bonne idée. L’héritier qui le trouve en premier et qui se sent lésé, peut simplement le détruire… De plus, ce document important peut se perdre au fil des années. Il est donc fortement recommandé de déposer votre testament chez le notaire qui l’inscrit dans un registre central (appelé CRT). À votre décès, tout notaire pourra consulter le registre et retrouver votre testament pour que vos dernières volontés soient respectées.

Risque 3 : le contenu n’est pas correct

Il n’est pas toujours simple de rédiger son propre testament car la loi est parfois complexe. Environ la moitié des testaments olographes contiennent des erreurs qui rendent le testament invalide ou inapplicable.

Bien que vous disposiez d’une certaine liberté, vous ne pouvez pas simplement laisser l’intégralité de votre patrimoine à une personne qui n’est pas un héritier. Vos enfants et votre conjoint ont droit à une partie réservée de votre succession (appelée réserve héréditaire). Des règles fiscales entrent également en jeu : si vous léguez à des parents éloignés ou à un ami, les impôts élevés peuvent rendre votre cadeau empoisonné.

Dans le cas d’un testament authentique, vous pouvez librement discuté du contenu avec le notaire. Il vous fournit une assistance juridique et vérifie si vos souhaits sont exécutables. Il vous expliquera les conséquences fiscales et financières pour les personnes à qui vous souhaitez léguer. Sans jugement et en toute discrétion : le notaire est tenu à un strict secret professionnel.

Risque 4 : la volonté n’est pas suffisamment claire

Même si une date, votre nom et votre signature sont légalement suffisants pour parler d’un testament « valide », dans la pratique, des précisions et des clarifications sont toujours nécessaires. Quelles que soient vos bonnes intentions, s’il s’avère par la suite que le bénéficiaire a été désigné de manière incorrecte ou imprécise, votre testament peut rester lettre morte…

Il est également préférable de prévoir qui est éligible si le bénéficiaire que vous désignez n’est plus en vie ou n’existe plus au moment de votre décès. Si vous ne prévoyez pas de plan B, le droit successoral sera appliqué. Un notaire peut vous aider à formuler votre testament dans un langage juridique correct.

Cliquez ici pour télécharger notre infofiche

Un testament olographe est-il « gratuit » ?

Pour un testament notarié, vous payez en moyenne entre 350 et 450 euros (mais les cas plus complexes peuvent bien sûr être plus chers). Si vous souhaitez tout de même rédiger votre propre testament, le notaire peut également vous guider dans cette démarche. Les notaires fournissent souvent des conseils gratuits à cet égard.

Les coûts de rédaction de votre propre testament sont moins élevés, mais il y a un piège : il entraîne davantage de formalités et de frais après votre décès. Un juge doit toujours vérifier la validité du testament. À cette fin, un avocat rédige une assignation.

Voulez-vous toujours opter pour un testament olographe ? Agissez avec prudence ! Vous souhaitez plus d’informations ? N’hésitez pas à contacter une étude notariale.

Laisser un commentaire