“J’ai une vie de femme qui comporte des limites et des contraintes”

Aujourd’hui, nos grands-parents ne ressemblent plus forcément à ceux d’il y a 30 ans. La grand-mère aux cheveux gris a cédé sa place à la mamie connectée et active. L’augmentation de l’espérance de vie et l’évolution de la société rendent le concept actuel de grands-parents souvent différent de l’image traditionnelle que l’on peut en avoir. Mais les grands-parents jouent toujours un rôle fondamental pour leurs petits-enfants, même si la société a évolué et qu’ils sont aussi jeunes et pleins d’énergie. Quant à la transmission, elle est plus que jamais présente, avec parfois d’autres valeurs comme celles de l’autonomie, de la persévérance et du progressisme.

À 67 ans, Françoise Van Espen mène une vie de grand-mère-active et épanouie puisqu’elle a choisi de continuer à travailler tout en restant disponible pour ses petits-enfants. Ce subtil dosage de liberté et de disponibilité se révèle être un vrai élixir de
jouvence.

« Je suis grand-mère de 5 petits-enfants, 3 filles et 2 garçons, de l’âge de 13 ans à 4 mois. À l’âge de la pension, j’ai eu l’opportunité de prolonger mon travail à temps plein. Ça me permet justement de les gâter. J’ai été maman au foyer pendant près de 20 ans. Après 2 ans de mariage, dès la naissance de mon premier enfant, j’ai fait un choix de vie, celui d’arrêter mon métier d’infirmière pour me consacrer entièrement à l’éducation de mes 4 enfants. Ce qui ne m’a pas empêché de gérer le secrétariat de mon mari, avocat. Au moment de mon divorce, je n’ai pas repris mon métier d’infirmière afin d’être plus disponible pour mes enfants. J’ai alors opté pour un travail à temps plein au Service des Finances du CPAS de Bruxelles. J’ai été une maman au boulot jusqu’à ce que mon dernier enfant quitte la maison, fin 2007.

Être grand-mère me permet de revisiter ma propre enfance avec mes grands-parents maternels qui ont beaucoup compté pour moi. C’est la petite-fille que j’ai été qui me permet d’aider mes petits-enfants, de comprendre et partager leurs joies, leurs peines et leurs confidences.

« J’ose être qui je suis et souhaite le transmettre »

Mes petits-enfants sont un peu de ma chair et ont besoin de moi, je pense, pour un jour tisser, eux aussi, ce lien unique avec leur propre descendance. Un jour, je leur raconterai mon histoire, mes racines. J’ose être qui je suis et souhaite le transmettre.

L’art d’être grand-mère n’a pas de recette, tout comme celui de maman pour lequel je n’en avais pas plus. Je suis devenue maman en grandissant avec chaque enfant…
aujourd’hui encore ! En devenant grand-mère, je me suis sentie immédiatement décalée d’une génération. J’ai découvert un travail d’apprentissage des rôles et de la bonne distance à avoir, par rapport à mes enfants et mes petits-enfants.

Certes, j’ai une vie active, une vie de femme que j’assume. Elle comporte des limites, des contraintes, m’oblige aussi à m’adapter aux circonstances. Non, je ne suis pas une grand-mère à la retraite. Mais je peux me rendre disponible pour l’un ou l’autre, pour un après-midi, un jour de maladie, un WE ou pendant les vacances. Ce sont des moments de vie pleins de joie, de rires, de bonne humeur. Bien sûr, je veille à respecter les règles et les limites des parents tout en appliquant aussi les miennes.

Je suis active mais, reconnaissons-le, je ne cavale plus au rythme parfois effréné de mes petits-enfants. Mais j’éprouve tellement de plaisir à les observer. Être grand-mère, c’est donner un peu de mon temps celui que je n’avais pas toujours pour leurs parents. Je découvre leurs loisirs : plaine de jeux, cinéma, musée, jouer à la poupée, aux voitures, aux jeux de société …La liste est longue !
Même si je leur mets des limites, je me sens plus libre car j’ai conscience de ne pas empiéter sur leur éducation, tâche dévolue aux parents et que je respecte. J’arrive à prendre de la distance, à relativiser et mettre ainsi moins de pression.
En fait, je pense qu’être grand-mère, c’est juste donner de l’amour, de la tendresse, du plaisir. On peut faire des merveilles avec des choses simples : un bon repas fait maison, un gâteau, un livre, un jeu, des bonbons…

Être grand-mère représente une partition subtile composée du plaisir à être avec mes petits-enfants et à profiter de cet amour totalement gratuit que chacun d’eux m’offre si généreusement ! Un vrai moment de bonheur, un vrai régal de la Vie !

« Je me suis souvent dit qu’il serait temps de mettre les choses à plat »

Le fait de toujours travailler m’a peut-être empêchée  de réfléchir posément au futur, à m’interroger quant à des questions concrètes. En effet, je n’ai pas encore pris de dispositions particulières pour ma succession. Pourtant, je me suis souvent dit qu’il serait temps de mettre les choses à plat, de poser mes questions à un notaire et de voir ce qu’il est possible de faire. Mais mon travail m’accapare beaucoup et je reporte toujours la décision à plus tard. J’y pense de plus en plus. Il a toujours été très important pour moi de mener une vie professionnelle en parallèle de ma vie familiale. Même en étant grand-mère. »

texte : Gilles Bechet
photo : Jan Crab

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s